mercredi 1 février 2006

Établi traditionnel / morderne


Suite à la fabrication de mon premier projet, je me suis rendu compte qu’un bon établi était à la base de toute réalisation. Disons que cela m’a beaucoup manqué d’avoir une bonne surface de travail. J’ai donc décidé qu’avant de me lancer dans d’autres projets, je me construirais l’un des outils les plus important de l’ébéniste : l’établi ! C’est un outil souvent trop négligé, qui pour plusieurs, ne demeure malheureusement qu’un projet, par manque de temps. J’ai donc décidé de m’en construire un avant d’aller plus loin dans mon apprentissage.

Avant la confection de celui-ci, et pour faire de bons choix, j’ai lu le livre The workbench book, de Scott Landis. Un petit bijoux pour bien comprend l’évolution de l’établi au fil du temps, et la diversité de ceux-ci selon les besoins de chaque époque. C’est donc grâce à ce livre et à la consultation de divers sites web que j’ai réussit à me faire une idée de ce que je voulais, et par la suite réalisé mes plans.


Essence de bois : hêtre
J’ai d’abord songé à l’érable comme essence de bois, celui-ci étant traditionnellement utilisé pour la fabrication d’établis, étant donné ses caractéristiques physiques avantageuses. Par contre, vu son coût plutôt élevé et la quantité de bois dont j’avais besoin, j’ai décidé d’y aller plutôt avec du hêtre comme essence de bois. Le hêtre étant aussi solide et durable que l’érable, mais moins dispendieux. Ce coup-ci, je me suis procuré beaucoup de bois brut, et j’ai eu l’aide d’un ami pour le dégauchissage et le planage de celui-ci. Un gros merci à Francis, d’ailleurs, pour toute l’aide apportée durant ce projet. 

Étaux : "Record 53E" et Veritas Twin-Screw Vise
Concernant les étaux choisis pour le projet, j’ai décidé d’y « investir » en prenant quelque chose de solide dans les deux cas. Le tout se veut une solution qui pourra être utilisée pour maintenir en place à peu près n’importe quelle pièce de bois. Mon choix s’était d'abord porté sur un étau avant de menuisier, de 7 pouces, provenant de chez Canadian Tire, mais suite à quelques problèmes, j’ai finalement opté pour un étau de type Record 53E, faisant 10 ½ pouces de large, provenant de Lee Valley. Celui-ci se veut une réplique de l’ancien modèle Record, mais avec un système de serrage rapide un peu différent.

Pour l’étau de bout, j’ai à la base songé à un étau de queue classique ("tail vise"), que j’aurais construit moi-même. J’ai regardé divers plans, mais j’ai finalement été séduit par l’étau double vendu par LeeValley, que j’ai finalement décidé d’acheter. Celui-ci m’a de plus permis d’allonger de quelques pouces mon établi en ajoutant 2 grosses mâchoires en bois, tout en offrant plusieurs options de serrage. L’installation de celui-ci s’est assez bien passée, malgré la nécessité d'une grande précision.

En sommes, j’ai opté pour deux étaux davantage modernes que traditionnels !
 

Construction
La première étape de ce projet fût d’acheter beaucoup de bois brut et de passer plusieurs heures à dégauchir et planer environ 140PMP de bois dur. Merci à Francis et tout son équipement (dégauchisseuse, banc de scie, planeur et nombreuses serres à tuyaux) qui a été grandement utilisé. La première étape fût de coller 4 épaisseurs, face sur face, le hêtre de 3/4 pouces d’épais. Le tout a donné 8 morceaux qu’on a ensuite collés par paquets de 2 ou 3, pour faire trois gros morceaux d’environ 10 pouces de large, qu’on a planés, puis collés ensemble, pour donner le résultat de 29 pouces de large, par 70 pouces de longueur (sans compter les mâchoires ajoutées par la suite), et 3 pouces d’épaisseur. Cette étape, si vous faites le calcul, a nécessité 32 planches de 3/4 d’épais par 70 pouces de long ! À noter qu’étant donné que j’avais des planches de 8 pieds, on a remplacé quelques planches cachées à l’intérieur, par trois morceaux de 2 pieds. On n’y voit que du feu bien sûr.


L’étape suivante a été de dégauchir, planer et coller les diverses planches pour confectionner les 4 pattes, 2 pieds et 2 supports horizontaux de l’établi. Les bouts des 2 pieds et des 2 supports horizontaux ont été arrondis à la scie à ruban, puis sablés.

Suite à cela, ce fût l’étape des tenons/mortaises. Je devais en faire plusieurs, et d’assez gros volume. Les bouts des 4 pattes ont été fait carrés à la base, puis arrondis à la main à l’aide de râpes et de papier sablé pour ponceuse à courroie. Les mortaises (dans les 2 pieds et 2 supports horizontaux) ont été fait à l’aide d'une perceuse à colonne et une bonne mèche Fortsner de 2 pouces de diamètre. Je crois qu’il aurait été plus rapide de faire les tenons/mortaises carrés, mais je suis tout de même satisfait de les avoir fait rond, cela m’a fait pratiquer d’autres trucs. Huit autres tenons/mortaises, carrés cette fois-ci, ont été fait pour les 4 traverses. Les tenons des traverses ont été fait à l’aide d’une scie à dos et de ciseaux à bois alors que les mortaises ont été débutées avec la perceuse à colonne puis terminées aux ciseaux à bois.


J’ai ensuite percé les trous pour insérer les huit écrous de 5 pouces. J’ai d’abord percé les trous dans les 4 pattes, sur une perceuse à colonne, pour ensuite me servir de ces trous comme guide pour les trous au bout des traverses, que j’ai fait à la perceuse sans fil. La base était maintenant presque complétée. Il ne manquait plus que les tablettes du dessous.

J’ai installé des supports d’environ 1x1 pouce pour y fixer les tablettes. Celles-ci ont été installées à l’aide de petits morceaux de bois de même épaisseur installés entres les tablettes pour s’assurer que la distance soit la même partout. J’ai ensuite vissé les tablettes après avoir fait les trous nécessaires à la perceuse auparavant bien sûr.

Concernant la dernière étape d’installer les étaux, on peut voir quelques photos qui en disent long. L’étau double venait avec des instructions très précises et a nécessité la confection de 2 gros blocs de 29" x 7 1/2" x 2 1/4" supplémentaires. J'ai suivit les instructions à la lettre dans ce cas-ci, et le résultat est très bien !


L’avant dernière étape avant la finition fût de raboter et de sabler le dessus d’établi. Étape cruciale qui a demandé tout de même beaucoup de temps. Disons que le sens du grain n'était pas toujours le même étant donné les diverses planches collées champ sur champ. J'ai donc dû faire plutôt attention, et j'ai beaucoup utilisé mon nouveau rabôt Stanley Bailey no.7 pour ce travail. J'ai eu beau essayer la sableuse à bande, rien ne rivalise avec le rabot pour planer une aussi grande surface. J'ai finit le tout en sablant avec un papier abrasif Grit 80, puis Grit 150.

La dernière étape fût de mesurer où faire les trous de butées ("dog holes"), puis de faire ceux-ci à l’aide d’un guide, question de les faire bien droits (je n'ai malheureusement pas de photos de ce guide fait maison). Ce fût une étape plutôt longue finalement, étant donné le temps de marquage et le nombre de trous à faire, mais le résultat est très satisfaisant. 

Finition : huile d'abrasin
Pour la finition, j’ai opté pour de l’huile d’abrasin 100% (Tung oil). Je voulais une finition qui solidifierait le bois tout en étant facile à raboter éventuellement. Le bois pourra donc facilement être remis à neuf au fil des années en sablant ou en rabotant le tout, puis en redonnant une nouvelle couche d’huile. J’ai donné une première couche pour boucher les ports (Tung oil + solvant) et 5 autres couches d’huile d’abrasin ont été nécessaires par la suite pour compléter le tout. 

Dimensions finales
Longueur : 75 pouces.
Largeur : 29 pouces.
Hauteur : 36 pouces.
Épaisseur du dessus d’établi : 3 pouces.
Poids total : environ 400 lbs. 

Matériaux utilisés
- Environ 140 PMP de hêtre brut d’un pouce d’épaisseur.
- Colle d’ébénisterie.
- Environ 40 vis en laiton pour les tablettes.
- 8 boulons de ½ x 5 pouces et écrous pour maintenir les 4 traverses (LeeValley).
- Huile d’abrasin et essence minérale.
- Étau avant en métal à action rapide de type Record 53E (mâchoire de 10 ½ pouces de large, 15 pouces d’ouverture) (LeeValley).
- Ensemble de vis de 1/2po x 4po pour fixer l’étau avant.
- Étau arrière double « Veritas Twin-Screw Vise » et accessoires inclus (LeeValley).
- Teinture couleur ébène pour les bouts de poignée de l’étau double. 

Difficultés rencontrées
- La tâche de laminage était énorme et a nécessité beaucoup de colle, planage et re-planage.
- L’ajustement des traverses (tenons/mortaises) et perçage des trous de 3po de profond à travers les pattes a été plutôt difficile. Plusieurs ajustements ont été nécessaires pour que les traverses soient bien stables dans les mortaises avant de fixer le tout à l’aide des écrous de 5 pouces.
- Coupes arrondies des pieds à la scie à bande (merci à Francis à nouveau).
- Installation précise de l’étau arrière Veritas.
- Transporter 140PMP de bois brut :-) 

Résultat final
Je suis très satisfait du résultat final. J’ai apprit énormément pendant ce projet et je recommande à tout débutant de se confectionner un établi fonctionnel dès que possible. Bien sûr, le miens m’a finalement coûté plutôt cher étant donné le choix du bois et des étaux, mais il est tout à fait possible de faire quelque chose de très efficace pour bien moins cher. Suffit d’utiliser du bois mou et/ou moins dispendieux, un dessus moins épais en MDF ou contreplaqué et un seul étau. Je voulais quelque chose qui allait durer plus d'une génération, c'est pourquoi j'y ai investit temps et argent. C’est très satisfaisant d’avoir fabriqué cet établi. Le tout a été assez long, je n’ose compter les heures (probablement plus de 100 heures…), mais je n’en regrette aucune ! Un MERCI spécial à Francis Gaulin et toute la gang de LaMortaise.com qui m’ont grandement aidé dans ce projet, sans oublier mon père qui m'a reçu en roi dans son atelier et qui a cru en mon projet. Merci !

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Moi aussi je me lance dans le travail du bois et je me suis procuré des outils( Rabots entre autre en Stanley anglais des années 50 et 60 et un bedrock qui m'a fait craqué de 1908/1911 à restaurer aussi) sur internet pour un projet établi mais en lutherie. Pouvez vous fournir un plan je trouve le votre vraiment très bien l'aventure me plairait bien. Merci par avance
    Pascal.

    RépondreSupprimer
  3. Bon, c'est décidé, c'est un comme ça qu'il me faut.
    Merci des photos et commentaires

    Claude1234

    RépondreSupprimer